Actualité éditoriale

Prochaine RÉÉDITION :

La Correspondance Albert CAMUS – Louis GUILLOUX, établie, présentée et annotée par Agnès SPIQUEL-COURDILLE

très bientôt disponible en collection Folio.

L’édition actuelle, Gallimard, collection NRF, avait été publiée en 2013 :

VIENT  DE  PARAÎTRE :

Louis GUILLOUX dans les médias, Les réceptions de l’œuvre, Jean-Baptiste Legavre (Dir.), avec le concours de Michèle Touret, P.U.R., collection Interférences, 2019, 274 pages.

PUBLIÉ en février 2019 :

Louis Guilloux, L’Indésirable, roman, Avant-propos de Françoise Lambert, Edition, notes et postface d’Olivier Macaux, Gallimard, février 2019.

1917 : la guerre s’éternise dans la boue des tranchées. À Belzec, une ville de l’arrière, les autorités ont établi un camp de concentration où sont parqués les étrangers indésirables. Un professeur d’allemand, M. Lanzer, y sert d’interprète, s’attirant, par sa tolérance, la sympathie des prisonniers. Lui et sa famille ont d’ailleurs secouru une vieille Alsacienne, échouée là par hasard. En retour, elle leur lègue, peu avant sa mort, ses maigres économies et quelques bijoux en sa possession.

Une rumeur, orchestrée par un collègue de Lanzer, accuse à tort le professeur d’avoir profité des largesses de la « boche ». Quand le fils du proviseur, Jean-Paul Dupin, revenu blessé du front, découvre la mise au ban de son ami, il prend sa défense, au risque de devenir le nouvel indésirable…

Écrit en 1923 et resté inédit à ce jour, ce roman de jeunesse de Louis Guilloux brosse le tableau saisissant d’une humanité en guerre perpétuelle. L’auteur du Sang noir y révèle déjà un talent remarquable pour dire l’impensé de l’époque : que la barbarie, loin d’être circonscrite aux champs de bataille, peut surgir en chaque individu.

PUBLICATIONS  RÉCENTES :

Louis Guilloux – Chroniques de Floréal, édition établie par Eric Dussert, éd. Héros-Limite, juillet 2018, 206 pages.

Ce sont 49 chroniques (publiées entre le 11 mars 1922 et le 21 avril 1923), extraites des 69 textes repérés dans la revue Floréal, sous-titrée L’hebdomadaire illustré du monde du travail, présentées avec les illustrations qui accompagnaient les articles. Une belle et éclairante présentation introduit le volume, signée par Eric Dussert.

« Publiés pour la première fois en volume, ces premiers articles journalistiques dévoilent le style et la liberté de pensée de Louis Guilloux. L’auteur nous raconte les arrondissements de Paris et la bohème d’alors, la Foire de Neuilly, l’aéroport du Bourget, le Tour de France cycliste, la boxe et les boxeurs. Le chroniqueur nous parle de sujets aussi divers que le « cinéma de demain  », les Américains et la famine en Russie, les assassinats politiques, ou encore la nouvelle science du psychanalyste Freud. »

Poussard-Fournaison Valérie,  La description selon Louis Guilloux : réalisme et tragédie, Paris , L’Harmattan, 2018.

Louis Guilloux, auteur d’une des oeuvres majeures du xxe siècle, est célèbre pour le Sang noir (1935). Mais entre La Maison du peuple (1927) et Coco perdu (1978) il publie de nombreux romans à l’élaboration complexe comme Le Jeu de patience et Les Batailles perdues. Cette oeuvre variée, uni ée par un imaginaire puissant, se distingue par un souci permanent du renouvellement des formes et par la place singulière qu’elle accorde à l’homme et à la question du mal.
Quel usage Guilloux fait-il de la description ? Si celle-ci permet de construire l’illusion réaliste, elle révèle aussi toutes les inquiétudes et les hésitations qu’implique la recomposition romanesque du réel. Chez Louis Guilloux, la conscience tragique empêche tout sentiment d’adhésion. La position existentielle du romancier entraîne une mise à distance des procédés illusionnistes traditionnels et une déréalisation des objets décrits. La description a dès lors pour fonction de faire partager la di culté à habiter le monde.
Cette étude intéressera tous ceux qui placent exigences formelle et éthique au cœur de la création romanesque.

TOUJOURS    DISPONIBLES :

Catalogue de l’exposition Enluminures pour Louis Guilloux, par Michel Danton (15 septembre au 19 novembre 2017 à Saint-Brieuc), aux éditions Le Temps qu’il fait, avec un texte d’Arnaud Flici, conservateur du fonds Louis Guilloux. Ce catalogue offre une quinzaine des peintures réalisées par l’artiste Michel Danton, sur les pages manuscrites du Sang noir.

Catalogue de l'exposition "Enluminures pour Louis Guilloux", par Michel Danton

Avantage de l’ignorance,  texte de Louis Guilloux publié en 1952 dans la revue Verve, enrichi de deux peintures originales signées par l’artiste Michel Danton, aux éditions Le Temps qu’il fait.

Avantage de l'ignorance, de Louis Guilloux, enrichi de deux peintures originales de Michel Danton

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search