Bibliographie des colloques

Bibliographie des colloques et journées d’études

(ordre chronologique décroissant)

Legavre J.-B. (dir.), Louis Guilloux politique, Rennes, Presses Univ. de Rennes, coll.« Interférences », 2016 :

– Legavre Jean-Baptiste, « Tout ça, c’est de la politique », Louis Guilloux et l’engagement. Continuité ou Rupture, p. 7

– Golvet Sylvie, Louis Guilloux et la politique : un moi divisé ?, p. 27

– Leménager Grégoire, « Ce qui est intolérable », Louis Guilloux et la démocratie, p. 47

– Dauvain Pascal, Une écrivain dans le gouvernement humanitaire. Louis Guilloux et les réfugiés espagnols dans ses Carnets 1921-1944, p. 57

– Ambroise Jean-Charles, Un roman du désengagement. Les fins du militantisme dans Le Jeu de patience, p. 83

– Poussard-Fournaison Valérie, Déjouer les pièges de l’engagement et du langage : la manifestation en faveur de Sacco et Vanzetti, p. 109

– Poirmeur Yves, Un notable pris dans les contraintes de l’échange clientéliste : le député Faurel, p. 123

– Vasic Alexandra, Salido, Louis Guilloux et le parti : rendre compte ou régler ses compte ? Une condamnation en sourdine, p. 143

– Flici Arnaud et Legavre Jean-Baptiste, La tentation autonomiste dans l’œuvre de Louis Guilloux, p. 163

– Legavre Jean-Baptiste, Entre presse, littérature et politique. Les engagements des intellectuels dans l’œuvre de Louis Guilloux. Le cas des Batailles perdues, p. 195

– Touret Michèle, « Restent ces ʺCarnetsʺ – mais si seulement j’y disais la moitié de ce que je pense !- 1939-1944. Traces de la politique dans les Carnets (édités et inédits), p. 217

– Roche Anne, La politique en filigrane. Labyrinthe, p. 239.

Legavre J.-B. (dir.), Louis Guilloux : un écrivain dans la presse, Rennes, Presses Univ. de Rennes, coll.« Interférences », 2014 :

– Flici Arnaud, Les archives du fond Guilloux au prisme de la presse, p. 15

– Golvet Sylvie, Accéder au monde de la presse. Une entrée réussie et une ambition manquée ?, p. 35

– Rot André, Louis Guilloux à L’Intransigeant (1er mai 1922-27 avril 1927), p. 55

– Poussard-Fournaison Valérie, Louis Guilloux critique de cinéma ? Analyse des chroniques de cinéma écrites par Louis Guilloux, p. 73

– Touret Michèle, Louis Guilloux de passage à Vendredi, une histoire d’esquives ?, p. 93

– Pudal Bernard, Louis Guilloux à Ce Soir (1937) : l’attraction dans le système d’action communiste, p. 109

– Dugast-Portes Francine, Louis Guilloux et la presse pendant la seconde guerre mondiale : réflexion sur sa position dans le champ littéraire, p. 125

– Wrona Adeline, « Ecrire par métier » : entre politique et fiction, pratiques journalistiques de

Louis Guilloux dans la presse des années 1920, p. 151

– Leménager Grégoire, Guilloux critique littéraire ? D’Europe à Ce Soir, une expérience peu concluante, p. 167

– Ambroise Jean-Charles, Louis Guilloux et la presse prolétarienne : comprendre une quasi-absence, p. 185

– Legavre Jean-Baptiste, Tombeau de Pierre Chesnet, journaliste « de peu » (1900-1940), p. 211

– Baudorre Philippe, Un texte « apatride » ?, p. 227

– Legavre Jean-Baptiste, De qui de quoi « Monsieur Robillard dit Rouletabille, correspondant du grand régional républicain Le Démocrate est-il le nom ?, p. 235

– Vasic Alexandra, Les usages de la presse dans Les Batailles perdues : une déréalisation paradoxale des événements historiques et fictionnels, p. 251.

Frédéric M. et M. Touret (dir.), L’atelier de Louis Guilloux, Rennes, Presses Univ. de Rennes, coll.« Interférences », 2012 :

– Flici Arnaud, Le fonds Louis Guilloux des Bibliothèques municipales de Saint-Brieuc, p. 15

– Bustarret Claire, La matière graphique des manuscrits de Louis Guilloux, p. 25

– Dufief Pierre-Jean, Dit et non-dit dans les carnets de Louis Guilloux, p. 41

– Martin Yann, Représentations du littéraire et de la littérature dans les romans de Louis Guilloux, p.

– Poulouin Gérard, Dialoguer avec Palante, p. 69

– Touret Michèle, Quand Louis Guilloux lit Les Fleurs de Tarbes, p. 85

– Golvet Sylvie, L’art romanesque de Louis Guilloux et le tournant des années 1930, p. 103

– Frédéric Madeleine, La description dans La Maison du peuple : du thétique à l’éthique, p. 117

– Dugast-Portes Francine, Les anamorphoses du « je » dans Le Pain des rêves et Le Jeu de patience de Louis Guilloux, p. 135

– Leménager Grégoire, Louis Guilloux, une écriture à hauteur d’homme, (le romancier et ses personnages), p. 149

– Milquet Sophie, Le Labyrinthe de Louis Guilloux : une possibilité de Délivrance ?, p. 165

– Parent Sabrina, Epuisement et événement dans Coco perdu. Essai de voix, p. 181

– Vasic Alexandra, Le Pain des rêves ou la tentation du romanesque inavouable, p. 199

– Schaffner, Le Pain des rêves (1942): enfance vécue, enfance rêvée, p. 219

– Zareh-Motekasses Mojdane, La rhétorique de Louis Guilloux, miroir d’une féminité charmante et périlleuse, p. 231

– Piroux Cyril, Nicolas Gogol, lecture de Louis Guilloux, p. 249

– Cavalli Christian, Faire bruire le silence, p. 271

– Poussard Valérie, Les trois récits de déportation du Jeu de patience, p. 287

– Baudorre Philippe, Les « textes de presse » de Louis Guilloux, du texte à l’hypertexte : labyrinthe ou jeu de patience ?, p. 305

– Legavre Jean-Baptiste, Louis Guilloux et le journalisme, une écriture à l’encre sympathique, p. 327

– Dartevelle Bérénice, Louis Guilloux, description et cinéma, p. 343

– Bibliographie.

Dugast-Portes F. et M. Gontard (dir.), Louis Guilloux écrivain, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll.« Interférences », 2000 :

– Dugast Francine, Avant-propos, p. 11

– Bougeard Christian, Le parcours de Louis Guilloux dans les enjeux de son temps (1930-1950), p. 19

– Djemaï Abdelkader, Louis Guilloux et l’Algérie, p. 47

– Ambroise Jean-Charles, Une trajectoire politique, p. 51

– Baudorre Philippe, Louis Guilloux et la revue Monde, p. 69

– Touret Michèle, Louis Guilloux et Jean Paulhan : un débat esthétique, p. 89

– André Jacques, Louis Guilloux et Jean Grenier : entre lecture et écriture, p. 107

– Guérin Jeanyves, Guilloux et Camus : les raisons d’une amitié, p. 119

– Pelletier Yannick, Louis Guilloux et le mal celtique, p. 133

– Balembois Stéphanie, On est bien partout pour être mal, p. 143

– Donadille Christian, Labyrinthe, clé volontairement perdue de l’œuvre de Louis Guilloux, p. 159

– Godard Henri, Histoires de brigands et Le Lecteur écrit, p. 175

– Carn Hervé, Le silence dans Les Batailles perdues, p. 183

– Rabaté Dominique, Construction narrative et dramatique dans Le Sang noir, p. 197

– Roche Anne, Parpagnacco : le sourire du chat, p. 211

– Rouayrenc Catherine, Coco perdu, p. 223

– Rieuneau Maurice, Le narrateur dans Le Jeu de patience, p. 243.

Pelletier Y. (dir.), Le mal absolu, Louis Guilloux et la guerre, Saint-Brieuc, Ville de Saint-Brieuc, 1995 :

– Saunier Claude, Avant-propos, p. 7

– Pelletier Yannick, Présentation, p. 11

– André Jacques, Guilloux, Grenier et la guerre, p. 15

– Cavalli Christian, L’idéologie de la revanche et de la reconquête : de la parole au silence, p. 27

– Hue Bernard, Romans de guerre, genre faux : situation de Louis Guilloux par rapport à Barbusse, Jünger, Borgese, Remarque, Dos Passos, Hemingway, p. 45

– Pagès Yves, Une guerre dite pour l’autre dans Voyage au bout de la nuit de L.F. Céline et Le Sang noir de Louis Guilloux, p. 53

– Jacob Jean-Louis, Convergences et divergences des regards sur la guerre : Guilloux, Giono, Guéhenno et quelques autres, p. 69

– Pelletier Yannick, Le Cavalier de l’Apocalypse, p. 85

– Lebel Anne, Bruits de guerre dans la ville : Saint-Brieuc dans la guerre de 1914-1918 à travers Le Sang noir de Louis Guilloux, p. 97

– Bougeard Christian, Louis Guilloux et la Libération : un écrivain face à un événement historique majeur, p. 111

– Montserrat Ricardo, Luis Guiù, exilé en lui-même (souvenirs d’un fils d’exilé), p. 131

– Bibliographie.

Jacob J.-L. (dir.), Louis Guilloux et les écrivains antifascistes, Quimper, Calligrammes, 1986 :

– Jacob Jean-Louis, Louis Guilloux continuité et ouverture, p. 17

– Garfitt Toby, Le milieu intellectuel des années vingt : Guilloux, Grenier, Lambert, p. 37

– Vigneau-Rouayrenc Catherine, Le langage populaire : figure de l’échec chez Louis Guilloux, p. 55

– Arnold A. James, Les nouvelles (1927-1934), p. 81

– Roger Philippe, A rude école : écriture et idéologie chez Louis Guilloux, p. 103

– Sarocchi Jean, Le Jeu de patience ou la balance juste, p. 121

– Clancier Anne, Psychanalyse d’un personnage. Cripure, p. 139

– Guérin Jeanyves, Du Sang noir à Cripure, p. 155

– Bougeard Christian, Louis Guilloux et le congrès des écrivains antifascistes de Paris (1935), p. 181

– Roche Anne, 1936 dans l’œuvre de Louis Guilloux, p. 197

– Pelletier Yannick, Louis Guilloux, l’esprit de liberté, p. 213

– Morot-Sir Edmond, Ecriture de Louis Guilloux et instauration d’un ordre de la pauvreté, p. 229.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search