Bibliographie des colloques

Bibliographie des colloques et journées d’études

(ordre chronologique décroissant)

Legavre J.-B. (dir.), Louis Guilloux politique, Rennes, Presses Univ. de Rennes, coll.« Interférences », 2016 :

– Legavre Jean-Baptiste, « Tout ça, c’est de la politique », Louis Guilloux et l’engagement. Continuité ou Rupture, p. 7

– Golvet Sylvie, Louis Guilloux et la politique : un moi divisé ?, p. 27

– Leménager Grégoire, « Ce qui est intolérable », Louis Guilloux et la démocratie, p. 47

– Dauvain Pascal, Une écrivain dans le gouvernement humanitaire. Louis Guilloux et les réfugiés espagnols dans ses Carnets 1921-1944, p. 57

– Ambroise Jean-Charles, Un roman du désengagement. Les fins du militantisme dans Le Jeu de patience, p. 83

– Poussard-Fournaison Valérie, Déjouer les pièges de l’engagement et du langage : la manifestation en faveur de Sacco et Vanzetti, p. 109

– Poirmeur Yves, Un notable pris dans les contraintes de l’échange clientéliste : le député Faurel, p. 123

– Vasic Alexandra, Salido, Louis Guilloux et le parti : rendre compte ou régler ses compte ? Une condamnation en sourdine, p. 143

– Flici Arnaud et Legavre Jean-Baptiste, La tentation autonomiste dans l’œuvre de Louis Guilloux, p. 163

– Legavre Jean-Baptiste, Entre presse, littérature et politique. Les engagements des intellectuels dans l’œuvre de Louis Guilloux. Le cas des Batailles perdues, p. 195

– Touret Michèle, « Restent ces ʺCarnetsʺ – mais si seulement j’y disais la moitié de ce que je pense !- 1939-1944. Traces de la politique dans les Carnets (édités et inédits), p. 217

– Roche Anne, La politique en filigrane. Labyrinthe, p. 239.

Legavre J.-B. (dir.), Louis Guilloux : un écrivain dans la presse, Rennes, Presses Univ. de Rennes, coll.« Interférences », 2014 :

– Flici Arnaud, Les archives du fond Guilloux au prisme de la presse, p. 15

– Golvet Sylvie, Accéder au monde de la presse. Une entrée réussie et une ambition manquée ?, p. 35

– Rot André, Louis Guilloux à L’Intransigeant (1er mai 1922-27 avril 1927), p. 55

– Poussard-Fournaison Valérie, Louis Guilloux critique de cinéma ? Analyse des chroniques de cinéma écrites par Louis Guilloux, p. 73

– Touret Michèle, Louis Guilloux de passage à Vendredi, une histoire d’esquives ?, p. 93

– Pudal Bernard, Louis Guilloux à Ce Soir (1937) : l’attraction dans le système d’action communiste, p. 109

– Dugast-Portes Francine, Louis Guilloux et la presse pendant la seconde guerre mondiale : réflexion sur sa position dans le champ littéraire, p. 125

– Wrona Adeline, « Ecrire par métier » : entre politique et fiction, pratiques journalistiques de

Louis Guilloux dans la presse des années 1920, p. 151

– Leménager Grégoire, Guilloux critique littéraire ? D’Europe à Ce Soir, une expérience peu concluante, p. 167

– Ambroise Jean-Charles, Louis Guilloux et la presse prolétarienne : comprendre une quasi-absence, p. 185

– Legavre Jean-Baptiste, Tombeau de Pierre Chesnet, journaliste « de peu » (1900-1940), p. 211

– Baudorre Philippe, Un texte « apatride » ?, p. 227

– Legavre Jean-Baptiste, De qui de quoi « Monsieur Robillard dit Rouletabille, correspondant du grand régional républicain Le Démocrate est-il le nom ?, p. 235

– Vasic Alexandra, Les usages de la presse dans Les Batailles perdues : une déréalisation paradoxale des événements historiques et fictionnels, p. 251.

Frédéric M. et M. Touret (dir.), L’atelier de Louis Guilloux, Rennes, Presses Univ. de Rennes, coll.« Interférences », 2012 :

– Flici Arnaud, Le fonds Louis Guilloux des Bibliothèques municipales de Saint-Brieuc, p. 15

– Bustarret Claire, La matière graphique des manuscrits de Louis Guilloux, p. 25

– Dufief Pierre-Jean, Dit et non-dit dans les carnets de Louis Guilloux, p. 41

– Martin Yann, Représentations du littéraire et de la littérature dans les romans de Louis Guilloux, p.

– Poulouin Gérard, Dialoguer avec Palante, p. 69

– Touret Michèle, Quand Louis Guilloux lit Les Fleurs de Tarbes, p. 85

– Golvet Sylvie, L’art romanesque de Louis Guilloux et le tournant des années 1930, p. 103

– Frédéric Madeleine, La description dans La Maison du peuple : du thétique à l’éthique, p. 117

– Dugast-Portes Francine, Les anamorphoses du « je » dans Le Pain des rêves et Le Jeu de patience de Louis Guilloux, p. 135

– Leménager Grégoire, Louis Guilloux, une écriture à hauteur d’homme, (le romancier et ses personnages), p. 149

– Milquet Sophie, Le Labyrinthe de Louis Guilloux : une possibilité de Délivrance ?, p. 165

– Parent Sabrina, Epuisement et événement dans Coco perdu. Essai de voix, p. 181

– Vasic Alexandra, Le Pain des rêves ou la tentation du romanesque inavouable, p. 199

– Schaffner, Le Pain des rêves (1942): enfance vécue, enfance rêvée, p. 219

– Zareh-Motekasses Mojdane, La rhétorique de Louis Guilloux, miroir d’une féminité charmante et périlleuse, p. 231

– Piroux Cyril, Nicolas Gogol, lecture de Louis Guilloux, p. 249

– Cavalli Christian, Faire bruire le silence, p. 271

– Poussard Valérie, Les trois récits de déportation du Jeu de patience, p. 287

– Baudorre Philippe, Les « textes de presse » de Louis Guilloux, du texte à l’hypertexte : labyrinthe ou jeu de patience ?, p. 305

– Legavre Jean-Baptiste, Louis Guilloux et le journalisme, une écriture à l’encre sympathique, p. 327

– Dartevelle Bérénice, Louis Guilloux, description et cinéma, p. 343

– Bibliographie.

Dugast-Portes F. et M. Gontard (dir.), Louis Guilloux écrivain, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll.« Interférences », 2000 :

– Dugast Francine, Avant-propos, p. 11

– Bougeard Christian, Le parcours de Louis Guilloux dans les enjeux de son temps (1930-1950), p. 19

– Djemaï Abdelkader, Louis Guilloux et l’Algérie, p. 47

– Ambroise Jean-Charles, Une trajectoire politique, p. 51

– Baudorre Philippe, Louis Guilloux et la revue Monde, p. 69

– Touret Michèle, Louis Guilloux et Jean Paulhan : un débat esthétique, p. 89

– André Jacques, Louis Guilloux et Jean Grenier : entre lecture et écriture, p. 107

– Guérin Jeanyves, Guilloux et Camus : les raisons d’une amitié, p. 119

– Pelletier Yannick, Louis Guilloux et le mal celtique, p. 133

– Balembois Stéphanie, On est bien partout pour être mal, p. 143

– Donadille Christian, Labyrinthe, clé volontairement perdue de l’œuvre de Louis Guilloux, p. 159

– Godard Henri, Histoires de brigands et Le Lecteur écrit, p. 175

– Carn Hervé, Le silence dans Les Batailles perdues, p. 183

– Rabaté Dominique, Construction narrative et dramatique dans Le Sang noir, p. 197

– Roche Anne, Parpagnacco : le sourire du chat, p. 211

– Rouayrenc Catherine, Coco perdu, p. 223

– Rieuneau Maurice, Le narrateur dans Le Jeu de patience, p. 243.

Pelletier Y. (dir.), Le mal absolu, Louis Guilloux et la guerre, Saint-Brieuc, Ville de Saint-Brieuc, 1995 :

– Saunier Claude, Avant-propos, p. 7

– Pelletier Yannick, Présentation, p. 11

– André Jacques, Guilloux, Grenier et la guerre, p. 15

– Cavalli Christian, L’idéologie de la revanche et de la reconquête : de la parole au silence, p. 27

– Hue Bernard, Romans de guerre, genre faux : situation de Louis Guilloux par rapport à Barbusse, Jünger, Borgese, Remarque, Dos Passos, Hemingway, p. 45

– Pagès Yves, Une guerre dite pour l’autre dans Voyage au bout de la nuit de L.F. Céline et Le Sang noir de Louis Guilloux, p. 53

– Jacob Jean-Louis, Convergences et divergences des regards sur la guerre : Guilloux, Giono, Guéhenno et quelques autres, p. 69

– Pelletier Yannick, Le Cavalier de l’Apocalypse, p. 85

– Lebel Anne, Bruits de guerre dans la ville : Saint-Brieuc dans la guerre de 1914-1918 à travers Le Sang noir de Louis Guilloux, p. 97

– Bougeard Christian, Louis Guilloux et la Libération : un écrivain face à un événement historique majeur, p. 111

– Montserrat Ricardo, Luis Guiù, exilé en lui-même (souvenirs d’un fils d’exilé), p. 131

– Bibliographie.

Jacob J.-L. (dir.), Louis Guilloux et les écrivains antifascistes, Quimper, Calligrammes, 1986 :

– Jacob Jean-Louis, Louis Guilloux continuité et ouverture, p. 17

– Garfitt Toby, Le milieu intellectuel des années vingt : Guilloux, Grenier, Lambert, p. 37

– Vigneau-Rouayrenc Catherine, Le langage populaire : figure de l’échec chez Louis Guilloux, p. 55

– Arnold A. James, Les nouvelles (1927-1934), p. 81

– Roger Philippe, A rude école : écriture et idéologie chez Louis Guilloux, p. 103

– Sarocchi Jean, Le Jeu de patience ou la balance juste, p. 121

– Clancier Anne, Psychanalyse d’un personnage. Cripure, p. 139

– Guérin Jeanyves, Du Sang noir à Cripure, p. 155

– Bougeard Christian, Louis Guilloux et le congrès des écrivains antifascistes de Paris (1935), p. 181

– Roche Anne, 1936 dans l’œuvre de Louis Guilloux, p. 197

– Pelletier Yannick, Louis Guilloux, l’esprit de liberté, p. 213

– Morot-Sir Edmond, Ecriture de Louis Guilloux et instauration d’un ordre de la pauvreté, p. 229.

Carnets de recherches sur l'œuvre de Louis Guilloux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search