Réflexions, travaux d’étapes

En 2021-2026, les Études Louis Guilloux se proposent de prolonger le colloque de 2021, Louis Guilloux : la lecture à l’oeuvre, à travers plusieurs projets de recherche et d’édition.

 

Écrivains lecteurs, réseaux et amitiés littéraires aux XXe et XXIe siècles (H. Baty- Delalande, N. Brillant Rannou, S. Golvet, V. Poussard, A. Vasic)

Les écrits de Guilloux, remarquable témoin et penseur de son temps, grand lecteur (y compris de ses pairs), traducteur, critique et épistolier engagé dans une abondante correspondance, invitent à considérer diverses formes d’intrication entre vision du monde, lecture et écriture. Le colloque « Louis Guilloux, la lecture à l’œuvre » inaugure une série de journées d’études envisageant les lieux et les déclinaisons possibles de cette intrication: la correspondance, les carnets et les journaux d’écrivains, une histoire littéraire de la lecture au XXe siècle, les enjeux de la sociabilité à travers la lecture, où le cas de Louis Guilloux constitue à la fois un point de départ et un point de repère.

L’expérience littéraire, scientifique et médiatique des Carnets (N. Brillant Rannou, G. Debeaux, S. Golvet, S. Lemarchand, C. Pluvinet, V. Poussard, A. Vasic)

L’usage des Carnets en littérature s’illustre notamment à travers le cas de Louis Guilloux mais aussi dans le secteur de la formation à travers les journaux de bord et les e.portofolios. Objet complexe, le Carnet est un espace de fermentation créatif, un outil pour la recherche et un support didactique. Le recours aux Carnets par les écrivains, les artistes, les enseignants, les chercheurs, donne lieu à une réflexion qui s’appuie sur divers projets du CELLAM et au-delà. Une journée d’axe ouverte à tous, portée par les groupes d’Études Louis Guilloux, Sédilitt, LMN et le projet Littécriture est proposée en janvier 2022, il inaugure une suite d’autres journées sur ce sujet foisonnant. Il s’agit moins lors de ces rendez-vous de dresser un récapitulatif des Carnets en vigueur que d’adopter une posture réflexive sur leur généricité et d’interroger les paradoxes de leur publication, la singularité de lecture qu’ils convoquent et leur capacité de médiation, voire de formation.

Des enquêtes de lecture empirique (N. Brillant Rannou, F. Dugast, S. Golvet, S.
Lemarchand, A. Rouxel)

Entre 2016 et 2020, le projet « Carnets de recherches sur l’oeuvre de Louis Guilloux » au Cellam a promu une variété d’approches et d’enquêtes empiriques, dont des « Lectures participatives » (un passage en revue collectif des oeuvres publiées de Guilloux, pilotées par Francine Dugast et Sylvie Golvet). Il s’agit désormais de décrire ces méthodes, d’en extraire des savoirs nouveaux sur l’œuvre, mais aussi de tirer parti de ces expérimentations dans le cadre d’une théorisation grandissante de la lecture littéraire par les lecteurs réels. L’observation de ces gestes critiques  effectués par des lecteurs non universitaires intéresse notamment les chercheurs en didactique du CELLAM.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search