les écrivains lecteurs – Journée d’étude

Gestes et postures des écrivains lisant

Les écrivains lecteurs de Stendhal à nos jours

Journée d’étude CELLAM, UFR ALC, Université Rennes 2

Jeudi 10 janvier 2019 de 9h30 à 17h30, salle Recherche, bâtiment B

La réouverture du Fonds Louis Guilloux à St Brieuc ainsi que l’accès à la bibliothèque de l’écrivain nous donnent l’occasion d’interroger une œuvre que n’ont pas épuisée les riches approches biographiques, génétiques, historiques, médiatiques, idéologiques et littéraires éditées en grande partie aux Presses Universitaires de Rennes[i]

Comprendre le parcours d’un auteur et ses choix de créateur requiert également de suivre les traces de ses lectures, qui ne sont pas seulement des sources ou des « influences », mais plus foncièrement des tremplins, des matériaux, des styles, des élans considérés ou assimilés par l’écrivain lecteur, tissés à ses pratiques culturelles, à son histoire, à sa scolarité et l’époque dans laquelle elle s’inscrit. Il importe donc d’identifier non seulement le corpus qui fonde les différentes formes d’intertextualités littéraires, mais surtout les modalités d’appropriation qui en font le ferment d’une œuvre singulière. Les façons dont un auteur s’approprie ses lectures, les rapatrie vers ses questionnements propres et les mouvements intimes de ses explorations singularisent son travail. Identifier ces processus, multiples et complexes nous rapproche d’un versant de l’expérience créatrice singulière d’un auteur, voire de la lecture et l’écriture littéraires elles-mêmes.

En 2002, dans La Lecture littéraire[ii],Bruno Clément rassemblait des analyses d’écrivains lecteurs: Michèle Crogiez examinait « Rousseau lecteur de Pascal », Christophe Hanna, « Pour un Malherbe de Francis Ponge », Gilles Philippe, « Sartre, la grammaire et le style de Flaubert » ou encore Judith Revel « La petite bibliothèque privée de Michel Foucault », notamment. En 2004, Annie Rouxel et Gérard Langlade consacraient le premier chapitre du Sujet lecteur[iii]aux analyses de Jean-François Massol, Marie-José Fourtanier, Brigitte Louichon, Jérôme Roger, portant respectivement sur Martin du Gard, Doubrosky, Gide et Michaux lecteurs. Cet angle d’approche des écrivains a donc coïncidé avec une reconnaissance accrue de la subjectivité du lecteur et d’une forme valide de phénoménologie de la réception littéraire. Ces travaux s’accompagnaient d’un regard rénové sur la lecture, qui relativisait la conception du lecteur-modèle propre au sillage de Umberto Eco, pour conférer davantage de responsabilité, de créativité et de légitimité aux « braconnages » du lecteur-réel, dans les parentés de Pierre Bayard[iv], Jean Bellemin-Noël[v]ou encore Michel de Certeau[vi]. L’étude des autobiographies de lecteurs par Annie Rouxel[vii]ou desFaçons de liremanières d’être[viii]de Marielle Macé ont prolongé cet intérêt pour les modalités d’appropriation littéraire par les écrivains eux-mêmes, avec des ambitions didactiques pour l’une et phénoménologiques pour l’autre.

Pourtant, les méthodologies permettant de révéler le travail de la subjectivité de la lecture au sein des processus d’écriture ne nous semblent pas encore aisément transposables d’une œuvre à l’autre. Ouvrir un chantier de recherche sur un écrivain lecteur nécessite un véritable questionnement quant au corpus à constituer, aux méthodes pertinentes pour l’aborder et parvenir à extraire des données nouvelles sur l’auteur. 

L’activité de lecture d’un écrivain se manifeste  ouvertement à travers la rédaction d’articles, de notes critiques, de compte-rendus, que ceux-ci soient publiés ou demeurés privés. Les archives d’un auteur nous permettent d’identifier des traces moins élaborées de ses lectures : journal intime, carnets, correspondances, recueils de citations… Les échos de ces textes lus indiquent une démarche de réception, des activités fictionnalisantes[ix], des jugements de valeurs. Selon leur statut, ces textes de lecteur[x]remplissent également différentes fonctions dans la palette identitaire de l’écrivain et sa socialisation. Pour un écrivain, témoigner de ses lectures c’est participer d’un monde littéraire choisi, s’affilier à un certain cercle, entrer en résonnance historique avec une communauté lettrée. L’activité lisante peut aussi porter sur des textes d’autrui à traduire, à éditer, à corriger. Dans ce cas, l’écrivain lecteur assortit son travail d’une portée auctoriale. On ne manque pas alors de s’intéresser à ses initiatives vis-à-vis du texte lu, aux choix stylistiques et poétiques redevables à sa vision personnelle des codes génériques, esthétiques, auxquels il le soumet. Ces opérations peuvent viser une contextualisation[xi]ou au contraire un ré-ancrage du côté des lecteurs. Enfin, l’écrivain lecteur est aussi actif au cours de l’écriture-même de son œuvre et de ses différents états : les citations, allusions, parodies ou pastiches, mais surtout les reconfigurations des données imaginaires, axiologiques ou esthétiques auxquelles il procède, les choix lors de ses réécritures, nous parlent de ses lectures et de leurs effets intimes dans sa création personnelle.

L’objectif de la journée d’étude du CELLAM du 10 janvier 2019, dont l’essentiel des contributions sera filmé en vue d’une mise en ligne sur le site https://hypotheses.lguilloux.org, est de confronter des travaux récents en théorie de la lecture portant sur des auteurs divers. L’ambition est de faire apparaître des démarches de recherche porteuses, à l’épreuve d’un corpus littéraire ouvert. En janvier 2019, la parole est donnée prioritairement à des chercheurs dont le travail sur les lectures par des écrivains et l’observation de leurs processus s’assortit d’une préoccupation pour la méthode elle-même. Comment se repèrent les traces de lecture dans une oeuvre d’écrivain ? Dans ses archives ? Comment peut-on les interpréter au sein même de la création ? Que nous disent-elles de la genèse, de la poétique, de la singularité de l’oeuvre ? Comment infléchissent-elles, explicitement ou non, ses diverses réceptions ? 

En 2018, un travail collaboratif de lecture extensive de l’œuvre de Louis Guilloux, a permis de collecter auprès d’universitaires et de lecteurs « amateurs » passionnés, notamment des membres de la Société des Amis de Louis Guilloux, les motifs et les expressions de la lecture présents dans une grande partie de l’œuvre. Cette journée du 10 janvier est l’occasion de porter un premier regard analytique sur ces repérages et de discuter des hypothèses qui orienteront le colloque Louis Guilloux lecteurpiloté par le CELLAM en 2020.

Le 11 janvier, les responsables des Bibliothèques de St Brieuc ouvrent les portes des archives Louis Guilloux aux chercheurs, de façon à questionner de façon concrète le rapport entre Lecture et Archives d’écrivain.

Ces travaux sont ouverts à tous, dans la limite des places disponibles, il est donc prudent d’annoncer sa venue auprès de l’équipe des Carnets de Recherche sur l’œuvre de Louis Guilloux.

recherchesguilloux@gmail.com


PROGRAMME

JEUDI  9h30-12h30

Accueil par la direction du CELLAM : Audrey Giboux 

Le projet Louis Guilloux par Francine Dugast etSylvie Golvet avec la participation de Laurence Leroux, responsable de la Recherche au SCD de Rennes 2

10h15 : Jean-François Massol, président de séance

Annie Rouxel et Stéphanie Lemarchand : Enjeux littéraires et didactiques des recherches sur les écrivains lecteur

Bénédicte Shawky-Milcent: Fractures de lecture subjective dans les textes romanesques et théoriques de Julien Gracq

Catherine Mariette : Stendhal lecteur des historiens de son temps dans les Mémoires sur Napoléon

JEUDI 14h-17h30

14h : Annie Rouxel, présidente de séance

Grégoire Leménager :Témoignage d’un journaliste lecteur de littérature contemporaine

Jean-François Massol : Roger Martin du Gard,lecteur, relecteur, passeur de livres

Nathalie Brillant Rannou etValérie Poussard :Gestes de lecture et postures de lecteur dans La Maison du Peuple de L. Guilloux, essai de typologie

Hélène Dontenville et Arnaud Flici présentent la journée du vendredi.

VENDREDI

9h30 : Accueil aux archives municipales de St Brieuc par Hélène Dontenville

10h-11h15 : Arnaud Flici, Présentation du fonds des archives Louis Guilloux, potentiel pour la recherche et démarches de consultation

11h30-12h : Sylvie Golvet, Lectures partagées : approche quantitative d’une vingtaine d’ouvrages de Guilloux 

12h-12h30 : Valérie Poussard, Synthèse sur les écrivains lecteurs et perspectives pour le colloque « Guilloux Lecteur »

Sur les pas de Louis Guilloux à travers la ville de St Brieuc, accueil à la Maison Louis Guilloux, visite de la bibliothèque.


[i]

Dugast-Portes Francine et Gontard Marc (dir.), Louis Guilloux écrivain, PUR, 2000 ;

Golvet Sylvie, Louis Guilloux devenir romancier, PUR, 2010 ;

Frédéric Madeleine et Touret Michèle (dir.), L’atelier de Louis Guilloux, PUR, 2012 ;

Lagavre Jean-Baptiste et Touret Michèle (dir.), Louis Guilloux un écrivain dans la presse, PUR, 2014 ;

Legavre Jean-Baptiste (dir.), Louis Guilloux politique, PUR, 2016.

[ii]Clément Bruno (dir.), « Écrivains lecteurs », La Lecture littéraire, n° Spécial, Presses Universitaires de Reims, février 2002.

[iii]Langlade Gérard et Rouxel Annie, Le Sujet lecteur, lecture subjective et enseignement de la littérature, PUR, 2004. 

[iv]Bayard Pierre, Enquête sur Hamlet, Le dialogue de sourds, éditions de Minuit, 2002.

[v]Bellemin-Noël Jean, Plaisirs de vampires, PUF, 2001.

[vi]De Certeau Michel, L’invention du quotidien, Gallimard, 1980.

[vii]Rouxel Annie, « Autobiographies de lecteurs à l’entrée au lycée », Le français aujourd’hui, vol. 147, no. 4, 2004, p. 57-66.

[viii]Macé Marielle, Façons de lire, manières d’être, Gallimard, 2011.

[ix]Langlade Gérard, « Activité fictionnalisante du lecteur et dispositif de
l’imaginaire », dans Roy, Max, Marilyn Brault et Sylvain Brehm (dir.) Formation des lecteurs : Formation de l’imaginaire, Cahier Figura, vol. 20, 2008 [En ligne] http:// oic.uqam.ca/fr/articles/activite-fictionnalisante-du-lecteur-et-dispositif-de-limaginaire.

[x]Mazauric Catherine, Fourtanier Marie-José, Langlade Gérard (dir.), Le Texte du lecteur, éditions Peter Lang, 2010.

[xi]Citton Yves, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires?, éditions Amsterdam, 2007.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search