Synthèse et perspectives

 

Conclusion des journées d’étude du 10 et 11 janvier 2019 à Rennes 2 et Saint- Brieuc organisées en préparation du colloque  Louis Guilloux : la lecture à l’œuvre

Valérie Poussard

CELLAM Rennes 2

La journée d’hier a été riche en interventions qui, en dehors de l’éclairage qu’elles ont apporté sur les auteurs qu’elles prenaient pour objet (Stendhal/ Gracq/ Roger Martin du Gard) nous ont fourni des éléments de méthode, des manières d’interrogation, que nous pouvons essayer de transposer à l’étude du phénomène de la lecture dans l’œuvre de Guilloux. J’emploie à dessein le mot “phénomène” parce qu’on aura bien compris qu’il ne s’agit pas seulement d’aborder la lecture comme un thème mais qu’il nous incombe de repérer le déploiement d’un éventail de gestes de lecture, de postures de lecteur, d’expériences diverses recensées dans les textes fictionnels comme dans les textes non fictionnels.

En guise de première conclusion, je rappellerai qu’au terme de la journée d’hier, Nathalie Rannou a proposé un  cadre récapitulatif particulièrement détaillé et opératoire pour notre poursuite du travail sur Guilloux lecteur,  cadre dans lequel peuvent trouver leur place les nombreuses réflexions présentées hier. En voici  les trois axes principaux :

  • Revenir sur les pratiques de l’écrivain lecteur.
  • La représentation de la lecture dans les oeuvres de l’auteur
  • La reconfiguration de la lecture dans l’écriture

Notons avec Nathalie Rannou qu’il manque un axe phénoménologique auquel il faut réfléchir.

Pour mener à bien l’entreprise dans le cadre ainsi défini, quelles questions sommes-nous conduits à nous poser? Quelles pistes méthodologiques, quelles idées nous ont été suggérées par les interventions d’hier ?

Nous aurons compris avec Annie Rouxel que le « lecteur réel » qu’est Guilloux n’est pas un « moi unique ». Celui qui s’engage dans la lecture ne le fait pas de la même façon aux différents moments de sa vie et cette « stratification diachronique » sera évidemment à prendre en compte (on peut peut-être d’ores et déjà noter que dans les différentes situations de lecture mises en scène dans les romans, les livres qui restent fermés, les écrits qui ne sont pas lus sont bien plus nombreux dans les textes de la fin, La Confrontation et surtout Coco perdu, comme une façon déjà de se déprendre, de se défaire du monde). Par ailleurs, Jean-François Massol a montré avec l’exemple de Roger Martin du Gard qu’on ne parle pas de la même façon de ses lectures aux différents âges de sa vie. La mise en scène par lui- même de l’auteur en lecteur, dans les interviews ou les textes autobiographiques par exemple, et la probabilité d’une image de soi construite doivent également être prise en compte. On se souvient de l’intervention à Cerisy qui a montré à quel point les archives de Guilloux étaient construites, concertées, élaborées ; bref, nous devons nous défier de l’illusion de sincérité. Ce « feuilletage identitaire » peut tout aussi bien se manifester en fonction de la situation de lecture:  ce n’est pas exactement le même “moi” qui laisse se déployer les résonnances intimes qu’un texte provoque en lui, dans l’écriture d’un journal par exemple ou dans une lettre à un ami, en donnant une grande place à l’expression des émotions (notons à propos des émotions que la chose n’est pas facile à étudier avec Guilloux dont l’écriture pleine de retenue, de pudeur, se contente souvent de deux ou trois adjectifs un peu vagues) et celui qui établit une note critique pour une revue ou une préface. Celui qui s’amuse  à proposer un pastiche du texte lu, à le recréer par l’écriture  est encore une autre variation de ce « sujet lecteur », qui possède bien plusieurs « moi » qui coexistent en même temps.

            Guilloux dit dans l’une de ses interviews qu’« on a beaucoup écrit sur les raisons pour lesquelles on écrit, mais assez peu sur les raisons pour lesquelles on lit. ».  Il poursuit en disant « on lit pour se confronter ». On voit bien qu’il existe chez lui comme chez d’autres ce qu’Annie Rouxel appelle une lecture « contrastive », une lecture qui lui sert à s’étalonner, une lecture- référence qui dessine le paysage littéraire dans lequel son œuvre s’inscrit : ainsi, un ensemble de références se met en place qui, en définitive, vient légitimer l’œuvre en train de s’écrire. Ces références  lui donnent une assise, un socle. Cet horizon  – il s’agit d’« être comme », de ressembler, de savoir observer comme Dickens par exemple, ou bien de mettre en lumière des interrogations existentielles comme Dostoïevski (parenté revendiquée, largement signalée déjà), ou Kafka, (ce qui a été un peu moins montré)- peut parfois devenir repoussoir. Il me semble que la relation à Flaubert notamment est représentative de cette ambivalence. Plus généralement chez Guilloux, la reconfiguration de la lecture par l’écriture -avec tous les processus d’intertextualité que cela implique- participe de cette tension. On peut penser au traitement  de Balzac  souvent analysé (par Henri Godard (le début des Batailles perdues)/ et par Alexandra Vasic dans sa thèse).

On a  noté qu’il pouvait être stimulant d’essayer de repérer les « auteurs cachés » de Guilloux – auteurs qu’il citerait moins, notamment certains de ses contemporains dont il parle peu pour des raisons diverses : stratégie de discrétion – pratique finalement assez courante que Grégoire Leménager a notée chez les écrivains qu’il a interviewés-, ou refus de mettre en valeur des œuvres dont l’originalité même viendrait minorer l’originalité ou la modernité de notre auteur, qui passerait alors ces auteurs sous silence à dessein. Grégoire s’étonnait que Guilloux ne parle ni de Giono, ni de Céline, pourtant évidemment lus par lui. Ainsi  peut-on trouver étrange que n’apparaisse pas  le nom de Joyce au moment de l’écriture du Sang noir – Sylvie Golvet confirme que cette lecture a bien été faite par Guilloux. Je pense également à l’influence de Gide notamment aux vertigineux effets de mise en abyme de la lecture et de l’écriture dans le Jeu de Patience qui ne sont pas sans rappeler certains dispositifs de l’auteur des Faux-Monnayeurs, même si  les traces de la lecture renouvelée du Journal des Faux-Monnayeurs sont assez nombreuses.  Evidemment, nous sommes là confrontés à une difficulté de méthode: comment parler de ce dont on ne parle pas, de ce qui n’est pas explicitement dit; nous avons déjà  beaucoup à faire avec les livres nommés, que faire avec les livres souterrains?  Francine Dugast a parlé de  ces “suturations invisibles” qui masquent les emprunts. Les signes d’intertextualité, en effet,  ne sont pas toujours criants et il faut peut-être ici s’en remettre à ces phénomènes d’interlecture que met en valeur Bellemin-Noel et réévaluer la frontière entre intertextualité et interlecture comme nous y invite Nathalie. (Se pose néanmoins un problème de méthode : est-il  entièrement légitime d’adopter pour le chercheur aussi cette “lecture flottante” préconisée par Bellemin-Noël, lecture qui fonctionne par associations comme l’écoute du psychanalyste et qui permet de faire résonner le texte avec d’autres textes dont la présence  n’est  pourtant pas manifeste ?)

Bénédicte Shawky-Milcent en mettant en lumière la matière gracquienne et la coulée de cette phrase singulière qui va de la lecture à l’écriture nous a invités à réfléchir au phénomène d’innutrition. La communication intime d’un auteur avec certaines œuvres- dont la langue de Gracq rend compte parfois avec une sensualité gourmande- est alors à l’origine de la création: la lecture, parce qu’elle est profondément subjective – filtrée, fragmentée, vécue, passée dans le corps propre de l’auteur- irrigue, nourrit une œuvre riche des traces des auteurs lus. Il existe bien chez Guilloux un usage de la citation qui montrerait à quel point l’auteur se nourrit de ses lectures.  Avec différents états de la citation: celle qui est recopiée consciencieusement dans les carnets, les citations “compilées” dans un recueil inédit sur l’art d’écrire, et enfin celles qui sont insérées apparaissant parfois avec le nom de l’auteur, souvent sans, déformées, légèrement altérées, (au point qu’on se demande  s’il s’agit vraiment d’une citation), autant de citations qui « brillent par leur présence »  pour reprendre l’expression de Bénédicte ; les modalités de cette présence méritant certainement d’être étudiées (je suggère des implications didactiques mais les chercheurs en didactique m’indiquent que cela a été largement exploré déjà).

Stendhal historien étudié par Catherine Mariette nous amène à réfléchir à l’usage du document chez Guilloux. Et à sa recherche de vérité ou plus exactement à sa hantise du mensonge, et à sa méfiance à l’égard du risque de falsification. Je rappelle qu’Alexandra Vasic a particulièrement bien mis en valeur  dans sa thèse le traitement de l’Histoire et l’utilisation du document historique dans les romans tout comme elle a  étudié très précisément l’usage de la presse dans Les Batailles perdues. Les partis-pris antiromanesques de la représentation de l’Histoire illustrent un aspect possible du passage de la lecture à l’écriture. (Alexandra parle de découpage, de collage: autant d’éléments qui m’ont fait penser à l’usage du document historique tel que Stendhal peut l’utiliser, sauf qu’il s’agit chez Guilloux d’une utilisation en vue de l’écriture du roman). Peut-être peut-on approfondir l’étude en tout cas de toutes les lectures d’Histoire faites par Guilloux, notamment toutes ses lectures faites au sujet de l’Histoire russe qui le passionnent véritablement jusqu’à la fin de sa vie, comme s’il n’en avait jamais fini avec la Russie. J’ai relevé également l’expression empruntée par Catherine Mariette aux anthropologues qui parlent d’ « observation participante » et j’ai trouvé qu’à bien des égards cette expression pouvait s’appliquer à Guilloux.

Enfin, la réflexion de Jean-François Massol sur Roger Martin du Gard lecteur- particulièrement intéressante pour nous parce que Roger Martin du Gard est un contemporain  de Guilloux  et que nous touchons là à des pratiques de lecture et d’écriture proches au moins  dans le temps- invite à explorer plusieurs pistes que nous pouvons transposer à Guilloux:

  • Considérer le rôle de la lecture dans le dispositif narratif et étudier le rôle qu’elle joue dans la tension narrative – ce que Nathalie Rannou a montré dans son étude sur La Maison du Peuple.
  • Prendre en compte la réflexion de Guilloux sur les bibliothèques, les lieux de lecture. Il existe bien un Guilloux, penseur de la lecture comme le dit Sylvie Golvet.
  • Analyser les nombreux gestes de lecteur de Guilloux – passeur de livre (quels conseils de lecture donne-t-il quand il en donne à la fille de ses amis Robert, à sa fille))/ relecteur (de ses contemporains amis)/ pratiquant l’exercice de la lecture à voix haute, notamment avec Chamson (comme Christian Cavalli l’a rappelé).

Pour terminer, j’ajouterai, en prolongement de toutes les pistes suggérées hier, que mériteraient une étude particulière:

  • Les lectures d’enfance et leur présentation.
  • Guilloux lecteur à voix haute (de ses propres oeuvres et de celles des autres; démarche associée à des pratiques différentes: lecture enregistrement d’un de ses livres / lecture faite à des amis d’une oeuvre en train de se faire/ lecture des oeuvres des autres, à la radio par exemple).
  • Guilloux scénariste (de ses propres romans et de ceux des autres): les divers scénarios qui sont à notre disposition aux Archives, qu’ils aient débouché ou non sur la réalisation d’un film, ou d’un feuilleton ( comme Les Thibault de Roger Martin du Gard)
  • Toutes les autres situations de Guilloux lecteur de lui-même, comme la relecture qu’implique la constitution d’un cahier du Sang noir sur le modèle du Journal des Faux-Monnayeurs).
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search