Pourquoi et comment étudier les écrivains lecteurs?

 

Comprendre le parcours d’un auteur et ses choix de créateur requiert également de suivre les traces de ses lectures, qui ne sont pas seulement des sources ou des « influences », mais plus foncièrement des tremplins, des matériaux, des styles, des élans considérés ou assimilés par l’écrivain lecteur, tissés à ses pratiques culturelles, à son histoire, à sa scolarité et l’époque dans laquelle elle s’inscrit. Il importe donc d’identifier non seulement le corpus qui fonde les différentes formes d’intertextualités littéraires, mais surtout les modalités d’appropriation qui en font le ferment d’une œuvre singulière. Les façons dont un auteur s’approprie ses lectures, les rapatrie vers ses questionnements propres et les mouvements intimes de ses explorations singularisent son travail. Identifier ces processus, multiples et complexes nous rapproche d’un versant de l’expérience créatrice singulière d’un auteur, voire de la lecture et l’écriture littéraires elles-mêmes.

Pourtant, les méthodologies permettant de révéler le travail de la subjectivité de la lecture au sein des processus d’écriture ne nous semblent pas encore aisément transposables d’une œuvre à l’autre. Ouvrir un chantier de recherche sur un écrivain lecteur nécessite un véritable questionnement quant au corpus à constitueJr, aux méthodes pertinentes pour l’aborder et parvenir à extraire des données nouvelles sur l’auteur. 

L’activité de lecture d’un écrivain se manifeste  ouvertement à travers la rédaction d’articles, de notes critiques, de compte-rendus, que ceux-ci soient publiés ou demeurés privés. Les archives d’un auteur nous permettent d’identifier des traces moins élaborées de ses lectures : journal intime, carnets, correspondances, recueils de citations… Les échos de ces textes lus indiquent une démarche de réception, des activités fictionnalisantes[ix], des jugements de valeurs. Selon leur statut, ces textes de lecteur[x]remplissent également différentes fonctions dans la palette identitaire de l’écrivain et sa socialisation. Pour un écrivain, témoigner de ses lectures c’est participer d’un monde littéraire choisi, s’affilier à un certain cercle, entrer en résonnance historique avec une communauté lettrée. L’activité lisante peut aussi porter sur des textes d’autrui à traduire, à éditer, à corriger. Dans ce cas, l’écrivain lecteur assortit son travail d’une portée auctoriale. On ne manque pas alors de s’intéresser à ses initiatives vis-à-vis du texte lu, aux choix stylistiques et poétiques redevables à sa vision personnelle des codes génériques, esthétiques, auxquels il le soumet. Ces opérations peuvent viser une contextualisation[xi]ou au contraire un ré-ancrage du côté des lecteurs. Enfin, l’écrivain lecteur est aussi actif au cours de l’écriture-même de son œuvre et de ses différents états : les citations, allusions, parodies ou pastiches, mais surtout les reconfigurations des données imaginaires, axiologiques ou esthétiques auxquelles il procède, les choix lors de ses réécritures, nous parlent de ses lectures et de leurs effets intimes dans sa création personnelle.

https://lguilloux.hypotheses.org/category/billets

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search