Résumés de thèses

Résumé de thèses portant tout ou partie sur Louis Guilloux

(Ordre chronologique décroissant)

Sarra GRIRA, Roman autobiographique et engagement : une antinomie ? (XXe siècle)

Soutenance 19-01-2018, Jeanyves Guérin (dir), Sorbonne Paris Cité : http://www.theses.fr/s37824

 Résumé :

Comment concilier le récit d’une expérience personnelle qui met le “moi” écrivain au cœur de l’entreprise auctoriale avec le désir d’intervenir dans la chose publique et politique ? Et comment réunir ces deux dimensions dans l’espace poétique de la fiction afin que ni la biographie ni l’idée ne prennent le pas sur le romanesque ? C’est ce que nous nous sommes proposé d’étudier à travers les exemples de cinq œuvres : La Maison du peuple de Louis Guilloux, L’Espoir d’André Malraux, La Conspiration de Paul Nizan, Les Mandarins de Simone de Beauvoir et Le Premier Homme d’Albert Camus. Il est apparu que nos auteurs n’ont pas seulement leur amitié ou leurs conflits en commun, mais également une vision convergente sur la manière de conjuguer leur vécu et les causes de leur temps, avec çà et là, les particularités propres à chacun, que nous avons tenté de mettre en lumière. La période que couvre le corpus allant de la fin des années 1920 jusqu’à la fin des années 1950, sa confrontation avec des théories littéraires qui ont fleuri à partir des années 1970 manifeste la pertinence des questions que continue à soulever une littérature engagée dont on a sonné le glas, et pas seulement sur le plan formel. Prenant ce corpus pour matériau d’analyse sans nous y restreindre, nous détaillons les questions de poétique et de genres littéraires que soulève la désignation “roman autobiographique”, les techniques de représentation et de transposition ainsi que la part de subjectivité qui préside à une écriture en situation, afin de déterminer comment une expérience personnelle se transforme en exercice esthétique pour aboutir à une éthique de l’action.

Alexandra VASIC, L’œuvre de Louis Guilloux : le romanesque en jeu.

Soutenance 2015, Jeanyves Guérin (dir), Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) : http://www.theses.fr/2015USPCA026

Résumé :

Romancier reconnu de son vivant, Louis Guilloux n’a néanmoins pas accédé au statut de grand écrivain. Nous voudrions mettre ici en valeur la diversité des formes littéraires exploitées par le romancier, en proposant un parcours générique et diachronique de son œuvre, à partir du Sang noir. L’approche poétique de ses récits sera ancrée dans l’histoire des idées et des représentations. Nous souhaiterions également éclairer les choix esthétiques de Louis Guilloux par les stratégies de positionnement qu’il a adoptées pour renforcer sa place dans le champ littéraire. Nous nous appuierons sur des documents d’archives pour mieux comprendre le geste littéraire de l’écrivain et sa conception du roman. Louis Guilloux s’est distingué par Le Sang noir avec lequel il a renouvelé l’horizon d’attente de la littérature de guerre. Il n’a cessé par la suite d’interroger les rapports entre la fiction et l’Histoire, en problématisant leurs frontières et en s’essayant à des genres en marge du roman, le témoignage et le reportage. Néanmoins, à partir des années cinquante, son œuvre et sa carrière prennent un nouveau tournant. Alors qu’il entre dans une phase de consécration, il aspire à renouveler fondamentalement son art. Les modalités de son engagement politique changent également : il soutient la diffusion de la culture. Louis Guilloux rompt avec son univers romanesque et se réapproprie les codes de la littérature d’évasion. Il s’engage par ailleurs dans un ultime projet autobiographique dans lequel il propose une dernière variation romanesque de son parcours. L’œuvre de Louis Guilloux illustre ainsi une exploration foisonnante du genre romanesque. Elle recouvre également de nombreuses tensions qu’il s’agira d’éclairer.

Mathieu LAARMAN, Fictions du naufrage, Naufragés de la fiction : (Mary Shelley, Giovanni Verga, Thomas Hardy, Alain-Fournier, Louis Guilloux, Vitaliano Brancati) : poétiques du roman de l’échec

Soutenance 2010, Karen Haddad-Wotling (dir), Littératures comparées, Paris 10 Nanterre : http://www.theses.fr/2010PA100155

Résumé :

 La présente étude s’appuie sur la confrontation de six œuvres françaises, anglaises et italiennes des XIXe et XXe siècles pour amorcer une réflexion sur la mise en scène de l’échec dans la fiction romanesque. Elle montre en premier lieu que les représentations de l’échec sont façonnées à la fois par le cheminement individuel de leurs auteurs et par les tensions sociales et politiques agitant leurs époques (l’Angleterre au lendemain de la Révolution Française puis à l’apogée de l’Ère industrielle et de la société victorienne ; la Sicile au sortir du Risorgimento puis l’Italie mussolinienne ; la France de la Belle Époque ou de l’entre-deux-guerres).La deuxième partie de cette thèse entend mettre en évidence trois aspects essentiels de la poétique des « romans de l’échec ». Elle s’attache tout d’abord à la distribution du temps, qui oscille entre linéarité et cyclicité, évoquant l’image du flux et reflux marin. Elle s’intéresse ensuite à la profusion de personnages velléitaires, déchiffrant leur rapport au monde à travers le prisme de leurs illusions livresques, à l’instar des protagonistes de Flaubert ou Dostoïevski. Elle met en lumière, enfin, la singulière dynamique qui conduit personnages et objets de fiction à échanger leurs attributs et fonctions : tandis que les premiers se trouvent ravalés au rang d’objets inutiles ou délaissés, les seconds conquièrent une existence autonome. Cet essai se conclut par un questionnement sur la charge subversive des romans de l’échec. La forme romanesque se révèle en effet douée d’une exceptionnelle faculté de résistance aux discours idéologiques et à l’esprit de système, dont elle déjoue insidieusement les aspirations néfastes.

Christian CAVALLI, Silence, parole, écriture, poétique de l’imaginaire dans l’oeuvre romanesque de Louis Guilloux

Soutenance 2010, Claude Cavallero (dir), Lettres modernes, Université Savoie Mont-Blanc :

http://www.theses.fr/2010CHAML006

Résumé :

Les romans de Louis Guilloux ont souvent été lus comme différents témoignages sur la société de leur époque. Mais l’œuvre n’a guère bénéficié d’analyses qui tentent d’en dégager l’unité profonde. Pourtant, elle obéit à une poétique fondée sur l’imaginaire de son auteur, structuré en trois pôles, se définissant notamment par leur rapport au temps : le silence, la parole, l’écriture. Les forces obsessionnelles de l’auteur activent des schèmes dynamiques qui orientent l’ensemble de sa création. Une écriture singulière du silence crée des textes de moments d’accord, où le temps semble aboli, tandis que la parole génère sans cesse des conflits socio-historiques. Pris dans cette dialectique, les personnages se définissent par leur rapport au silence subi et à la parole dominatrice. Cependant, ces forces antagonistes sont progressivement dépassées par la découverte et l’exploration de la troisième voie de l’imaginaire de l’auteur : celle du jeu de la création romanesque, où s’impose l’auto-engendrement de l’écriture dans une recherche de complicité entre le narrateur et son lecteur. Ainsi, la découverte progressive de son univers romanesque a permis à l’auteur de dépasser la notion de temps perçu comme hostile, en lui substituant la possibilité de l’apprivoiser par l’écriture.

Valérie POUSSARD, Louis Guilloux, entre tradition et modernité : poétique des décors et des corps dans l’œuvre romanesque de Louis Guilloux

Soutenance 2010,  Henri Godard (dir), Littérature, Paris 4 : http://www.theses.fr/2010PA040031

Résumé :

 Si l’écriture des décors et du corps du personnage semble, dans un premier temps, renvoyer à une esthétique romanesque traditionnelle, tant par son ancrage réaliste que par son intention satirique, il apparaît bien vite que Guilloux se situe entre tradition et modernité. Les références intertextuelles et certains procédés métaleptiques soulignent la réflexion de l’auteur sur la représentation du réel et sur ses choix d’écriture. Sa fidélité aux modèles du passé n’entraîne pas le romancier sur la voie d’un rejet formel radical. Mais, profondément marqué par les catastrophes historiques du siècle, il s’éloigne des euphories romanesques antérieures. Les bonheurs d’espace n’existent pas plus que les bonheurs du corps. Toujours séparé du décor qui l’entoure, dans lequel il erre comme dans un labyrinthe, le personnage est encombré d’un corps lui rappelant sa condition de mortel. Enfermé dans des lieux qu’il ne parvient pas à habiter pleinement, le personnage est aussi prisonnier de son propre corps. De nombreux procédés de déréalisation mettent à distance l’illusion mimétique, et renforcent le sentiment tragique de l’existence. Pourtant, cette désaffection des décors et des corps n’entraîne pas l’anéantissement complet du personnage. Tout montre, au contraire, une singulière résistance des corps : les manifestations collectives, les déplacements, les voix. Une humanité fragile, toujours prête à disparaître, parfois délabrée ou simplement fêlée, parvient à s’affirmer. Le romancier en est dépositaire comme de tous les visages et de toutes les voix qu’il a croisés et dont il sent qu’il a « à répondre ».

 Mojgan ZAREH-MOTEKHASSESS, « Mauvaise fleur de rhétorique » : la part de la femme dans les romans antérieurs à 1950 de Louis Guilloux

Soutenance 2009, Eric Marty (dir), Histoire et sémiologie du texte et de l’image, Paris 7 : http://www.theses.fr/2009PA070014

Résumé :

Le rapport de Louis Guilloux avec les femmes est ambigu. Elles ne sont jamais héroïnes et demeurent de préférence dépersonnalisées ou écartées. Apparue comme une créature imparfaite, venimeuse, contradictoire et insaisissable, sa figure féminine est liée à une notion essentielle qui caractérise l’œuvre : le « mal ». Fleur charmante et maléfique, la femme est un élément fatal qui se lie au destin de l’homme. Elle devient une figure de castration qui inflige angoisse et crainte à l’homme provoquant sa chute. Dans cette occurrence, la femme du peuple, douloureuse, courageuse et maternelle, subit moins la méfiance de l’auteur que sa consœur bourgeoise. Foncièrement individualiste et pessimiste envers les relations humaines, Louis Guilloux est méfiant à l’égard de l’amour, évoqué dans son œuvre comme dégradé, redoutable, un sentiment impossible. Par une certaine misogynie implicite, il présente la femme comme origine de l incommunicabilité dans le couple qui constitue une des lois de son univers.

Stéphanie BALEMBOIS, Ecrire en vain ? Le questionnement éthique dans Le jeu de patience, « archi-roman » de Louis Guilloux

Soutenance 2008, Jeanyves Guérin (dir), École doctorale Cultures et Sociétés, Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne : http://www.theses.fr/2008PEST0202.

Résumé :

 Quel impératif pousse Guilloux à se tourner vers les autres? Provient-il d’un appel au sentiment ? D’un appel à la raison ? Est-il la réponse à une éthique ? Pourquoi cette nécessité de rendre la vie valable ? La valeur d’un homme se juge d’après ses actes semble dire Guilloux. Qu’est-ce qu’écrire en regard de l’action ? Comment écrire dans un monde en guerre ? L’écriture peut-elle être agissante ? Guilloux a voulu partager ses interrogations avec ses lecteurs, esquisser tous les cheminements possibles jusqu’à la contradiction. D’abord, montrer le processus de mythification entourant les actions des hommes qui ont précédé Guilloux dans cette vie. Ceux d’avant savaient agir ensemble et pour le bien de tous, ce savoir s’est perdu laissant l’individu seul face à ses doutes. Les tourments qui agitent le début du XXème siècle n’ont fait qu’exacerber le questionnement existentiel. Les divers degrés de responsabilité des hommes se dévoilent ainsi dans leurs manières de se conduire vis-à-vis d’autrui, autant d’engagements concrets ou de retraits qui attestent de l’humanité ou de l’inhumanité: « Trop et pas assez d’intelligence – trop et pas assez d’amour ». Ni la famille, ni la société, jaugée au travers de ses institutions, l’école, la justice, le clergé, ne répondent plus à l’exigence d’équité. Alors c’est aux hommes de s’unir. Agir, pour Guilloux, semble une forme de révolte et d’indignation contre la souffrance et l’injustice. Lutter, c’est aussi veiller sur la vie des autres. En refusant toutes compromissions, les personnages que Guilloux met en scène voient leur champ d’action se réduire à l’action humanitaire, quant à l’auteur lui revient le devoir de témoigner. Il se lance alors dans une écriture labyrinthique, un incessant jeu de miroir qui rapproche les hommes les plus différents : l’homme d’action, l’homme de lettres, l’homme militant, l’homme pas cru, l’homme en difficulté, l’homme perdu… chacun explore, estime, selon son itinéraire, la valeur accordée à sa vie et à celles des autres, hanté toujours par le devoir et la volonté de changer le monde.

Sylvie GOLVET, Louis Guilloux, l’ambition du romancier, de La Maison du peuple au Sang noir.

Soutenance 2008, Michèle Touret (dir), Littérature française, Rennes 2 : http://www.theses.fr/2008REN20053

Résumé :

Louis Guilloux est un écrivain important du 20ème siècle. Pourtant, il est peu connu et peu étudié. Cette thèse de doctorat vise à comprendre comment ce fils de cordonnier provincial, pauvre et sans diplôme, devient l’auteur du Sang noir, oeuvre reconnue comme exceptionnelle dès sa publication en 1935. L’étude s’appuie notamment sur les documents inédits du fonds d’archive de l’écrivain, récemment ouvert à la consultation. Cette documentation très riche permet d’analyser les difficultés du métier d’écrivain : exigences éditoriales, participation indispensable à des réseaux d’amis, apprentissage progressif des techniques d’écriture, nécessité de s’exprimer dans les débats du moment, danger d’être enfermé dans une image de romancier du peuple. Louis Guilloux explore des voies de création originales et propose une réflexion toujours stimulante sur la psychologie humaine, les rapports de l’individu et de la société, la culture. La lecture de ses oeuvres gagne à être éclairée par la connaissance croisée des contraintes du métier et des enjeux littéraires et idéologiques de l’entre-deux-guerres

Yann MARTIN, La conception de l’histoire et ses incidences narratives dans trois romans de Louis Guilloux « Le Sang noir », Le jeu de patience » et « Les batailles perdues ».

Soutenance 2007, Anne Roche (dir), Arts et lettres, Aix-Marseille 1 : http://www.theses.fr/2007AIX10107

Résumé :

L’histoire évènementielle occupe une place fondamentale dans l’oeuvre de Louis Guilloux. A travers trois de ses romans (Le sang noir, Le jeu de patience, Les batailles perdues), l’auteur s’intéresse aux répercussions des évènements historiques sur les individus, sur les sans-grades. La répétition est au coeur des trois romans et les unit étroitement. L’auteur réutilise des personnages, des situations, revient sur certaines périodes. Les romans eux-memes répètent des modèles antérieurs, subissent des influences. La conception que l’auteur se fait de l’histoire évolue au fil des années. Si dans « Le sang noir », l’espoir est encore permis, dans « Le jeu de patience », la désillusion s’impose eet confine au pessimisme dans « les batailles perdues », où la dérision triomphe. Guilloux ne croit plus au progès humain, il n’a d’espoir qu’en la fraternité. Ses romans miment cette évolution : à la tragédie classique, tendue compact du « Sang noir » succède la fresque éclatée et incomplète du « Jeu de patience », où la vérité et le sens s’égarent dans la multipicaiton des sources et des points de vue. C’est enfin le roman feuilleton qui organise « Les batailles perdues » comme s’il ne restait plus qu’à jouer avec l’histoire

Pierre-Yves KERLOC’H, Louis Guilloux romancier de la douleur : une vie, une œuvre

Soutenance 2001, Pierre-Jean Dufief (dir), Lettres modernes, Université Bretagne Occidentale : http://www.theses.fr/2001BRES1001

Résumé :

Ecrivain discret, Louis GUILLOUX a écouté patiemment et transcrit avec compassion la souffrance de ses contemporains. Son œuvre, de La Maison du peuple au Sang noir, puis à Coco perdu, ce sont cinquante ans d’observation et de témoignage qui placent l’homme en face de ses responsabilités ; cette œuvre est un écho de tous ses combats, de ses efforts pour vivre. A l’aube du vingt-et-unième siècle et face au bilan d’un siècle déchiré, l’œuvre de Louis GUILLOUX nous rappelle la nécessité d’une interrogation, d’une écoute et d’un regard sur l’individu ordinaire. Notre démarche a été de comprendre l’homme et l’écrivain au-delà de  » l’esprit des années trente « . Dans toutes les formes d’expression qu’il a utilisées, sa pensée suit cette même interrogation : comprendre qui nous sommes et ce que nous voulons. C’est pourquoi nous nous sommes attachés à restituer de manière la plus complète la modulation constante de la voix de l’écrivain briochin. Ce fut notre première ambition. GUILLOUX affirmait :  » On s’arrange toujours avec la mort, jamais avec la vie. Avec la vie, on discute « . L’œuvre entière de l’écrivain illustre ce principe et nous avons pu, tout au long de notre étude, souligner les multiples voix qu’il a utilisées pour faire entendre la douleur. Son œuvre romanesque offre une grande variété de tons et de formes. Nous nous sommes efforcés de rendre compte de cette diversité en soulignant l’unité profonde de cette somme, ce lien paradoxal de la douleur.

Christian DONADILLE, Louis Guilloux : une écriture de l’ambiguïté,

Soutenance 1994, Bernard Alluin (dir), Littérature française, Lille 3 : http://www.theses.fr/1994LIL30002

Résumé :

Cette thèse se propose d’étudier l’œuvre littéraire de Louis Guilloux en s’appuyant, d’une part, sur son affirmation « qu’on n’écrit pas pour dire, mais pour cacher », et d’autre part sur son rapport entaché de culpabilité au père et aux maîtres à penser. Car, si l’image paternelle parvient à féconder le « dire » de l’œuvre à l’origine, et ce jusqu’à sa mise en crise inévitable, nous devons constater que le « cacher » possède quant à lui la force que lui confèrent d’autres maîtres dans le registre du spirituel. En remontant aux sources de l’œuvre, nous avons tenté de discerner les formes et le contenu de ce message dissimulé, nous appuyant en parallèle sur l’étude des témoignages et de l’itinéraire personnels de l’auteur tels que nous les révèlent ses textes non littéraires. Recherches qui ont permis la reconsidération de l’image d’un écrivain qui, essentiellement perçu à travers la conformité de sa production littéraire avec la tradition d’engagement propre à ses origines populaires, sur le modèle du socialisme paternel, ne s’en révélait pas moins le dépositaire et l’illustrateur d’une pensée chrétienne d’influence augustinienne et pascalienne, génératrice de cette écriture de l’ambiguïté.

Ahmed Ould GAOUAD, Dérision et enseignement dans « Le Sang noir » de Louis Guilloux,

Soutenance 1989, Robert Jouanny (dir), Lettres, Paris 12 : http://www.theses.fr/1989PA121000

Résumé :

Le Sang noir de Louis Guilloux pose la problématique de la dérision et de ses rapports avec le thème de l’enseignement. Une lecture de l’œuvre générale de cet écrivain présente sa vision du monde, et replace notre problématique dans un cadre général. Cette lecture occupe la première partie de notre travail. D’autre part, nous procédons à une étude du fonctionnement textuel des mots « rire » et « sourire », à une analyse des procédés comiques utilisés, et à une présentation des champs lexicaux et sémiques entrant dans la constitution du paradigme de la destinée humaine, perçu à la fois comme illusion comique et comme réalité tragique. Enfin, tous ces éléments sont intégrés dans un développement portant sur l’étude des rapports qui existent entre la dérision et le sentiment tragique d’une part, la dérision, la vérité, la pensée et l’enseignement de l’autre.

Yannick PELLETIER, Thèmes et symboles dans l’oeuvre romanesque de Louis Guilloux,

Soutenance 1975, Jacques Brengues (dir), Littérature française, Rennes 2 :
Bibliothèque Universitaire Centrale cotes TR RENNES 1975/5/1/2/1 et TR RENNES 1975/5/1/2/2

Résumé

1927, La Maison du peuple, 1967, La Confrontation : symboliquement ces deux titres bornent l’œuvre romanesque de Louis Guilloux par un même thème : la lumière. Unité profonde de l’œuvre ?

Evidence première : l’unité de lieu.  Hormis Parpagnacco, Les Batailles perdues et La Confrontation, les romans de Guilloux se passent à Saint-Brieuc, parfaitement identifiable.  Au-delà de l’ancrage local, régional, une nouvelle évidence s’impose : Saint-Brieuc est un microcosme absolu du monde. Par le jeu de multiples médiations, la ville est le monde et le monde est en elle. En outre, devenue le cachot pascalien, elle est « ville-mère », protectrice et castratrice. Elle est « enceinte » : gorod…

Ce thème introduit une symbolique psychanalytique chez un Guilloux qui connaissait Freud par l’entremise de  Georges Palante. La « mère grave » , la tyrannie d’Œdipe sont au cœur de l’œuvre. Raymond (Dossier confidentiel), Maurice (Hyménée), Cripure (Le Sang noir) sont un même personnage à des âges différents de la vie.

L’œuvre est profondément marquée par la mort. « Heureuse », si l’on s’éteint au terme de sa vie, chez soi. Mort volée – comme la vie , mort d’exil sinon. Le thème de la mort recouvre ceux de l’injustice, de la violence. Elle est le Mal.

La mer, la lumière : deux thèmes essentiels, caractéristiques de Guilloux. Beauté, amour de la vie, liberté, ouverture : ils expriment la morale d’un Guilloux qui invite à « contempler la splendeur du soleil sur la splendeur de la mer ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search